Nombreux sont, actuellement, les médicaments sujets à une rupture de stock. En effet, 5 % des produits médicamenteux sont en manque pour les pharmacies locales en France. On distingue les anticancéreux, les anticoagulants, les antibiotiques, certains vaccins et d’autres encore. Si elles continuent, ces pénuries de médicaments entraînent inéluctablement de graves problèmes de santé pour les malades. Selon Philippe Liebermann, qui est à la fois pharmacien et vice-président de la fédération des syndicats pharmaceutiques de France, ces pénuries proviennent de problèmes au niveau mondial avec une intensité présentant une tendance haussière. Effectivement, un ou des médicaments sont en manque tous les jours surtout les vaccins et les antibiotiques.

 

Les raisons de la rupture de stock

La rupture de stock pour certains médicaments indispensables provient des problèmes d’acheminement. Elle peut être due aux difficultés d’approvisionnement de produits pharmaceutiques. Vu le taux de fabrication de principes actifs à l’étranger notamment en Inde et en Chine (de 60 à 80 %) contre 20 % aux années 80, il s’avère plus difficile de remédier à ces problèmes. La principale raison de l’absence de certains médicaments s’avère la fabrication dans des pays en dehors de l’Europe, c’est d’ailleurs ce que l’Académie de pharmacie a signalé. En effet, ce cas ouvre inéluctablement vers une soumission aux éventuels problèmes bloquant l’acheminement. De plus, la qualité de médicaments fait partie des sujets de discussion, pour ce qui est d’importation. La dépendance quasi-totale de l’Europe dans l’univers de fabrication de médicaments qui est amplifiée par l’insuffisance de savoir-faire industriel est ainsi remarquée. A noter que le nombre de médicaments, dont la fabrication se fait à l’étranger ne cesse d’augmenter, suite aux problèmes économiques. D’après tout cela, des solutions adéquates ne doivent pas être prises à la légère.

 

Des solutions adaptées proposées par l’Académie de pharmacie

Pour que toute l’Europe revienne en force en matière d’indépendance sur la fabrication des médicaments, la politique de relocalisation est fortement conseillée par l’Académie de pharmacie. Cette politique vise à prendre en charge la réalisation des principes actifs indispensables sur la santé publique notamment ceux qui sont fabriqués par une seule industrie mondiale : les antibiotiques, les antirétroviraux, les anticancéreux, les anesthésistes, les immunoglobulines et d’autres. Le décret qui a vu le jour en octobre 2012 soulignait l’importance de centres d’appel d’urgence par des exploitants pharmaceutiques. Par ailleurs, l’Académie de pharmacie a mis l’accent sur l’utilité du droit de substitution des traitements qui appartient aux pharmaciens tout comme ce qui s’effectuera au Québec très prochainement. Signalons que la vérification de la conformité des médicaments à la directive 2011/62/UE est fortement conseillée, sachant que les exportations peuvent présenter de répercussions sur la qualité de médicaments. Les sites exportateurs doivent donc garantir le respect des standards qualité européens dans une confirmation écrite. Bien évidemment, ils doivent être soumis à des contrôles réguliers.